Immeuble Optimum Entrée A
165 Avenue du Marin Blanc
BP 1207 - 13783 Aubagne Cedex
04 42 721 666
Terre Algérie

Hippo Regius (Annaba)

Hippo Regius est cette belle ville antique appelée aujourd'hui Annaba. Elle dut changer plusieurs fois de nom suivant les différentes civilisations qui l'ont occupée. Nombre de vestiges ornent encore cette paisible cité qui peut s'enorgueillir d'avoir accueilli Saint-Augustin dont la basilique, bien que construite au 19ème siècle, reste le témoin incontesté de l'empreinte qu'il y a laissée.

Bien avant l'occupation phénicienne puis romaine, Annaba appartenait au royaume Massyle, un Etat numide dont les fils et petits-fils de Massinissa ont été les fondateurs, et dont la ville royale "Villa Regia" ce qui lui a valu le nom de Hippo Regius.

A l'époque punique, la ville était sous l'influence de Carthage dont elle adopte l'organisation politique. Elle connut une période troublée par les guerres puniques. Sous la domination romaine, la ville reprend son activité qui était déjà prospère. Elle fut un prolongement de la civilisation qui l'avait précédée puisque dans l'ensemble sa physionomie ne changea pas malgré la présence romaine. Administrativement, Hippone faisait partie de la Proconsulaire et était gouvernée par un consul désigné par le sénat. Hippone fut municipe sous Auguste et s'érige en colonie sous l'empire des Antonins. La ville jouera un rôle important d'autant que son port constituera une plaque tournante commerciale en ce sens où la ville abrite les greniers officiels et la résidence du procurateur impérial chargé des achats de blé pour l'approvisionnement de Rome.

Mais quand on parle d'Hippone, on en peut passer sur les cultes religieux de la ville et du christianisme dont les premières manifestations apparaissent dès le 3ème siècle, ainsi que les premiers martyrs, mais aussi le donatisme dont les thèses seront réfutées par Saint-Augustin.

Hippone sera assiégée par les vandales et finira par signer sa reddition en août 431. Cette occupation entraîne comme partout ailleurs la destruction de la ville, mais fort heureusement, la bibliothèque de Saint-Augustin fut épargnée. 

Les restes de cette ville que nous admirons aujourd'hui est un délice pour les yeux.